Vous êtes ici : Accueil du site

 
Les organisations syndicales SNES-FSU, SNEP-FSU, SNFOLC, SNETAA-FO, CGT Educ’action, SUD Éducation, SNCL-FAEN et SIES-FAEN constatent l’enfermement du ministère dans son maintien de la réforme du collège et son refus d’entendre les demandes des personnels d’enseignement, d’éducation et d’orientation du second degré.
Confirmant leur analyse commune de la réforme et des conditions de la publication des textes le 20 mai, elles appellent les personnels à amplifier l’action, en particulier le 4 juin, contre les textes publiés au lendemain d’une grève majoritaire dans les collèges, pour leur abrogation et la reprise immédiate des discussions sur l’avenir du collège.
Elles appellent à signer et faire signer massivement la pétition intersyndicale « Un autre collège 2016 ».
Elles appellent à une nouvelle journée nationale de grève et d’actions le jeudi 11 juin.
 
 Pour un autre collège 2016 : abrogation du décret et de l’arrêté définissant l’organisation du collège à partir de la rentrée 2016 !
 
Pétition intersyndicale à signer massivement : http://unautrecollege2016.net/
 
Reprise immédiate des discussions sur l’avenir du collège !
 
 
Au lendemain de la grève du 19 mai, la ministre a fait le choix de publier au journal officiel les textes concernant la réforme du collège. La ministre avait pourtant déclaré que sa porte était ouverte. Elle vient de la claquer brutalement à la figure de 80% des enseignants et continue dans sa volonté d’imposer sa réforme, contre eux.
 
Cette décision montre tout le mépris de la ministre pour les enseignants. Ainsi présentés par la communication ministérielle comme ne comprenant rien ou intoxiqués par la "propagande", ils sont désormais ravalés au rang de manants sommés de mettre rapidement au travail maintenant pour préparer la réforme qu’ils refusent grâce à un plan de formation annoncé mais en réalité non financé. Comment donner envie à des jeunes de passer les concours d’enseignement pour embrasser une carrière où leur professionnalité se résumera à se taire et à exécuter ?
 
La ministre de l’éducation ainsi que le 1er ministre considère que l’affaire est close car « il faut aller vite » pour mettre en place la réforme. Le SNES FSU refuse d’en rester là ? : la précipitation du ministère traduit surtout sa fébrilité et sa volonté d’échapper à tout débat contradictoire pour en finir.
 
D’autres décrets comme celui de Robien en 2007, pourtant publiés, ont été retirés. Il faut donc plus que jamais se mobiliser pour obtenir l’abrogation de ces deux textes ainsi qu’une réforme du collège qui s’attaque réellement aux inégalités scolaires et améliore conditions d’étude et d’enseignement.
 

 

Derniers articles